samedi 13 janvier 2018

La curée de Emile Zola

RESUME: La France de Napoléon III vue par Zola : " A cette heure, Paris offrait, pour un homme comme Aristide Saccard, le plus intéressant des spectacles. L'Empire venait d'être proclamé... Le silence s'était fait à la tribune et dans les journaux. La société, sauvée encore une fois, se félicitait, se reposait, faisait la grasse matinée, maintenant qu'un gouvernement fort la protégeait et lui ôtait jusqu'au souci de penser et de régler ses affaires. La grande préoccupation de la société était de savoir à quels amusements elle allait tuer le temps. Selon l'heureuse expression d'Eugène Rougon, Paris se mettait à table et rêvait gaudriole au dessert... L'Empire allait faire de Paris le mauvais lieu de l'Europe.

MON AVIS: Je poursuis tranquillement ma découverte de la saga des Rougon Macquart avec le 2e tome de la série. Si le premier tome mettait les bases et nous faisait découvrir toute la famille, celui ci s'arrête plus particulièrement sur Aristide et sa famille, que l'on avait déjà croisé dans la fortune des Rougon.
Zola nous explique finalement dans ce tome, la façon de vivre des bourgeois sous le second empire. Comme pour le premier tome, le livre commence avec des personnages dont on ne sait rien au début. Maxime et Renée sont dans une calèche pour se promener au bois. Au fur et a mesure, on apprend qu'ils sont beau fils et belle mère et que Renée est la seconde épouse d'Aristide Saccard qui a changer son nom de Rougon pour ne pas faire de l'ombre a son frère Eugène.
Ce roman retrace pleinement la vie de bourgeoisie a l'époque du second empire. L'époque du baron Haussmann, de Napoléon III, du changement de Paris. J'ai bien apprécié ce roman, malgré j'avoue quelques descriptions qui m'ont parut bien longue, bien que je sache que ce soit le style de Zola...
Les personnages ne sont pas en reste: que ce soit Maxime et sont coté homme femme, Renée qui malgré toute sa fortune, s'ennuie a mourir et ne sait pas quoi faire de ses 10 doigts et passe sont temps a se plaindre, Aristide cupide et détestable au plus haut point qui pour avoir toujours plus d'argent ne vas se gêner a déposséder sa femme  de ses bien, car elle possède un important capitale immobilier.
Le livre est intéressant, car Zola dépeint a  merveille la fragilité des classes supérieur, englué dans leur position immorale, rigide et o combien vide.
Les femmes faisant souvent les frais de cette position, ainsi que les jeunes filles, comme fut sacrifié finalement Renée par son père.
Un roman haut en couleur qui montre tout, le coté arriviste de la grande bourgeoisie, l'ennui chez ses même personnes qui bien que blindé d'argent sont pauvre d'amour, de connaissance et de pleins de choses qui font qu'une personne peut se dire heureuse. Zola a su s'inspiré de la condition de Paris et de sa transformation, de la spéculation immobilière pour en tirer son livre qui fait bien entrevoir les répercussion que cela a causé, dans la classe sociale supérieur, le tout arrosé de cynisme et de cupidité. Brillant!!

ce livre a été lu dans le cadre du challenge Rougon-Macquart de mypianocanta

mercredi 10 janvier 2018

Dessin

Voilà ce que j ai dessiné ce week end et que je viens de peaufiné

samedi 6 janvier 2018

Quand la neige danse de Sonja Delzongle

RESUME: 2014. L'hiver est le plus froid que Crystal Lake ait jamais connu. Cette petite ville paisible proche de Chicago semble pétrifiée, mais la neige et le blizzard ne sont pas les seuls coupables. Depuis un mois, quatre fillettes se sont volatilisées. Les habitants sont sous le choc. Ce matin-là, Joe Lasko s'équipe pour une énième battue dans les bois gelés lorsqu'on lui dépose un paquet. Dedans repose une poupée, une magnifique poupée aux cheveux longs et roux, comme sa fille Lieserl disparue. Comble de l'horreur : la poupée est vêtue exactement comme Lieserl le jour où elle s'est volatilisée. Ce matin de février 2014, toutes les familles des fillettes vont recevoir une poupée. C'en est trop pour Joe. Ce jeune divorcé n'a plus que Lieserl dans sa vie. Il décide de mener sa propre enquête, aidé par Eva Sportis, une détective privée dont il était secrètement amoureux des années plus tôt. Eva comprend très vite que l'affaire la dépasse et appelle à l'aide Hanah Baxter, son ancienne prof de fac, la célèbre et charismatique profileuse et son inséparable pendule. Hanah réalise au fil de l'enquête que quelque part, dans Crystal Lake, quelqu'un s'en prend aux enfants depuis très longtemps. Les détient-il prisonniers ? Sont-ils encore en vie ? Un criminel maintes fois condamné semble être le coupable tout indiqué, pourtant Hanah, Eva et Joe sont persuadés que la police se trompe de coupable.

MON AVIS: J'ai commencé ce thriller sans attente particulière car je ne connaissais pas du tout l'auteur. Sur LA, il avait plutôt des avis positifs, mais j'avoue que lorsque je l'ai pris, je n'avais pas vu les avis. Le résumé me plaisait c'est tout!
En le commençant,  j'ai eu un peu une impression de déjà vu avec le schéma de petites filles qui se font enlever ainsi que d'un chapitre ou il parle d'une certaine personne. Je me suis dis" bon cela va être cousu de fil blanc, rien de bien original". Oh comme je me suis trompé! J'en suis d'ailleurs ravie.
Au premier abord, l'enquête peut semblé extrêmement simpliste. Mais en faite, l'histoire est beaucoup plus complexe que ça. Déjà,  l'enquête est très psychologique! Je ne dis pas qu'il n'y'a pas d'action, loin de la! Mais juste la bonne dose, pour ne pas ennuyer le lecteur. Ce livre devient très vite addictif passer les 3 premiers chapitres, on est pris dans l'histoire. Les personnages sont bien travaillé, sans caricature et chacun a leur manière m'ont beaucoup plu.
L'auteur traite avec brio plusieurs sujet sensible au sujet de l'enfance. Maltraitance, des pathologies psychologique diverse et varié et j'en passe. A vous glacer le sang. L'auteur a bien choisi la période de son histoire: en pleine hiver ! Ce qui a eu comme résultat pour ma part de trouver ce livre encore plus glaçant. Les pages ont défiler a une allure folle, tant j'ai été happé par ce récit. Apparemment, Hanah est un personnage récurent, mais qu'ici on voit quand même fort peu. Il n'est pas sur le devant de la scène, mais j'ai bien apprécié sa façon d'enquêter. Les autres ne sont pas en reste et tire fort bien leur épingle du jeu. De plus ce coté narratif  a la 3e personne qui pourrait poser problème dans d'autre livre n'en pose pas dans ce cas précis. L'histoire est bien construite, haletante et la fin n'est pas bâclé! Un petit plus, c'est justement cette fin auquel on reste sans voix. Un bon thriller qui m'a fait passer un super moment et que je recommande sans soucis.



 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne. Je lui met un 4/5









dimanche 31 décembre 2017

Sherlock Holmes et les voyageurs du temps, tome 1 et 2 de Sylvain Cordurié

RESUME TOME 1: Sherlock Holmes reprend du service dans une enquête particulièrement troublante... Janvier 1894. Un an et demi s'est écoulé depuis la victoire de Sherlock Holmes sur James Moriarty et Taher Emara. Éprouvé par ce combat et ses conséquences, Holmes se fait discret et tient une modeste librairie au cœur de Londres. Une nouvelle vie qui lui convient parfaitement, mais que la reine Victoria vient étonnamment troubler en lui demandant de se mettre à son service. Aaron McBride, un savant à l'esprit perturbé qui n'avait plus fait parler de lui depuis vingt ans, est de retour. Et tout porte à croire qu'il prépare un attentat dans la capitale. Commence alors une enquête décisive pour Sherlock Holmes. Une enquête qui changera à jamais sa vision du monde...

RESUME TOME 2: Engagé par Victoria pour retrouver Aaron McBride, un savant prétendument dangereux, Sherlock Holmes découvre que l'homme en question est un voyageur du temps, de retour d'un lointain futur pour sauver l'Angleterre de la reine elle-même. Avec laide de Megan Connelly, Lynn Redstone, Marcellus Gunderson et du colonel Damiens, le détective met au jour les plans de la souveraine et tente de s'y opposer. Mais Aaron McBride n'est pas seul à se jouer du temps. Et pour combattre un feu, il faut parfois se brûler

MON AVIS: Et voila c'est reparti, je me suis de nouveau plonger dans les aventures de Sherlock en version BD. Il s'agit en faite de la suite plus ou moins de "Sherlock Holmes et le Necronomicon", puisqu'on retrouve une partie des personnages qui ont jalonné cette BD, dont la charmante Megan.
Ce livre commence quelques temps après la fin du précèdent ce qui nous permet si on a les deux tomes sous la main d'avoir toute les réponses aux question que l'on pouvait se poser après avoir lu le Necronomicon. Je ne veux pas vous en dévoiler trop si vous n'avez pas lu ses BD. Sachez que l'on retrouve notre détective préféré tourmenté après sa 2e bataille contre son ennemi juré Moriarty. Cela lui a laissé des séquelles qui si elle ne sont pas physique l'ont quand même meurtri dans sa chair. L'histoire est assez sympathique, mais j'avoue que ce n'est pas le meilleur de cette collection. Ici le personnage de Sherlock que l'on connait si bien, c'est a dire son sens de la déduction n'est pas trop mise en avant ce qui m'a un peu déçue.
Les autres BD que j'avais lu avant était plus traité sur ce sujet. L'histoire tient quand même la route et le coté fantastique est bien mise en valeur par contre. Les dessins, les dialogues sont très appréciable et encore une fois je tire mon chapeau a l'illustrateur.
Le personnage de la reine est aussi très bien réalisé. Le scénario tient bien en haleine et chaque personnage a son importance et tout évolue de manière fluide. Lorsqu'on regarde de prêt toute cette collection de BD de Sherlock, les histoires sont toute relié entre elle et sont un peu "une suite" en commençant par les vampires de Londres.
Je suis toujours sous le charme de cette collection et je suis toujours ravie de pouvoir lire une de ses BD qui a tout son charme et dont les histoires se révèlent toujours passionnante.

mercredi 27 décembre 2017

Dôme, tome 1 de Stephen King

RESUME: Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

MON AVIS: J'avais un peu peur de me lancer dans ce pavé de 829 pages et du coup il a trainé un moment dans ma pal avant de sortir. Dés le début on est dans l'ambiance. Le dôme arrive avec son lot de conséquence pour toute la population de Chester Mill's. Il faut reconnaitre que Stephen King a l'art et la manière de nous plonger dans le décors direct. Bien que l'histoire soit quand même bien lente a se mettre en place, je ne me suis pas ennuyé du tout.
La plume de l'auteur est très addictive et une fois les premières 15 pages commencé, le bouquin ne se lâche plus!  Pourtant comme je le disais plus haut, c'est lent a se mettre en place, car après l'arrivée du dôme dont ne sait ou que le suspens est a son comble, le reste est beaucoup moins rapide. L'auteur plante son décors avec tous les habitants de la ville. Et attention, l'auteur n'est pas tendre avec ses personnages: il y'en a tout une panel qui passe l'arme a gauche des les premières 50 pages. Glauque !! Surtout que c'est assez bien décrit. Ame sensible s'abstenir. Personnellement,  j'ai dévoré ce livre jusqu'au bout. Car l'histoire montre que les gens dans des situations critique tel que celle ci, peuvent montrer leur pire bassesse et dans ce livre certains ne se gêne pas. Citons big Jim Rennie, 2e conseiller de la ville, un être immonde et répugnant a qui tu mettrais bien une balle entre les deux yeux. Son fils Junior qui n'a rien a lui envié pour ce qui est de la pourriture, plus tous ses potes qui sont pas mieux lotis! je vous laisse le soin de juger par vous même. Mais rassurez vous, il y'a des personnages qui valent le coup comme Dale Barbara qui essayent d'organisé la résistance contre Big Jim. Julia qui lui prête main forte si j'ose dire, Rusty, l'assistant médical, que j'ai trouvé bien sympathique. 
L'histoire est très bien construite et si on entre dans le vif du sujet de pleins fouet dés le début, que c'est plus lent par la suite, le soufflet ne dégringole pas pour autant. On assiste a la vie des personnages et on est content de ne pas être a leur place.
Le lecteur se pose une multitude de questions tout au long du livre, sur le pourquoi de la présence de ce dôme, comment il est arrivé la? par qui ? et pourquoi a Chester Mill's. Autant de questions qui nous pousse a vouloir savoir et qui explique pourquoi les pages défilent avec cette vitesse. On est marqué par les personnages car en lisant , on a l'impression qu'ils sont des gens a part entière. Un truc a vous faire frissonner! L'auteur nous fait un peu entrer dans leur tête et j'ai trouvé très intéressante cette façon de procéder, sur ce coté psychologique.  Je ne sais pas pour ses autres livres, mais j'ai lu que King a le génie de faire ce genre de chose. N'ayant lu que Mr Mercedes et Carnets noir qui m'a beaucoup réconcilié avec l'auteur, je ne peux émettre qu'un jugement relatif. Mais j'ai vraiment été subjugué par sa plume, moi qui avait très peur de ne pas aimer car je ne suis pas très SF et que plusieurs livres de l'auteur ne m'avait pas convaincue. La, le test du huit clos est réussis haut la main!! Vite le second tome!!

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne, je lui met un 4/5

mercredi 13 décembre 2017

Les chroniques Heretiques, tome 1: les Loups d'Uriam de Phillippe Tessier

Je remercie les éditions Leha et Livr'addict pour ce partenariat

RESUME: Tire-d'aile vient à la vie dans l'atelier de Maître Saule, magicien particulièrement talentueux. Être de bois et magie, il découvre un monde féerique peuplé de créatures merveilleuses où les sylphes virevoltent dans le vent et où les animaux sont parfois d'éloquents orateurs. Là-bas, lorsque Phénix renaît de ses cendres et embrase le ciel le matin venu, les lunes plongent dans les profondeurs de la terre.

Mais les luttes de pouvoir et le destin forcent Tire-d'aile à fuir, accompagné de son araignée de cristal et de la flamme de son foyer. Dans les villes fourmillantes, les forêts enchantées, les plaines des licornes, les tours immenses et les champs de bataille, ils lieront leur histoire à celle du monde.


MON AVIS: J'étais très contente de recevoir ce livre et de le découvrir.  Ce livre retrace les aventures de Tire-d'aile, petit bonhomme de bois, de cristal une araignée en cristal justement et d'une petite flamme, il doit traversé tout un monde de merveilles, de régions inconnues tout plein de magie. En chemin il croise un vieux loup bougon nommé Nacre. Voila les personnages qui peuplent ce récit. Mais notre petit bonhomme de bois va en rencontré d'autre au cour de son périple.
J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal a lire ce livre. Je l'ai trouvé mignon, magique avec un univers haut en couleurs. Mais j'ai trouvé que d'une part, il ne se passait pas grand chose, mais qu'aussi il était très long. Pourtant, il ne fait que 425 pages!
L'histoire est pas mal, mais je pense qu'en faite, il était beaucoup trop jeunesse pour moi. Je me suis ennuyé a certains moment car l'histoire est assez linéaire, bien que l'auteur nous le conte avec une jolie plume. Je l'ai trouvé quand même très féerique et enchanteur mais je n'ai pas été  emballé plus que ça. C'est dommage car la trame de l'histoire est très bonne et il y'a des moments magique comme les contes pour enfant d'autrefois servis a la sauce fantasy! On pourrait justement comparé certains passage a ses fameux contes mais comme je l'ai dis plus haut, c'est longuet, car on apprend exactement ce que dois faire Tire-d'aile et qui il doit rencontré qu'a la fin.
L'auteur revisite les éléments qui ont leur vie propre et l'idée est vraiment très bonne, avec cette univers magique et coloré mais la sauce n'a hélas pas pris avec moi. Peut être trop jeunesse a mon gout.



  

lundi 11 décembre 2017

Le cercle de Bernard Minier

RESUME: Un coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, précipitent le commandant Martin Servaz dans une enquête dangereuse, la plus personnelle de sa vie.
Un professeur de civilisation antique assassiné, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux... Pourquoi la mort s acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest, et son cercle d étudiants réunissant l élite de la région ?
Confronté à un univers terrifiant de perversité, Servaz va rouvrir d anciennes et terribles blessures et faire l apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

MON AVIS: Suite des aventures de Martin Servaz et de ses acolytes, après glacé que j'ai lu il y'a un moment. J'ai été très contente de lire cette suite que j'ai autant aimé que le premier.
Celui ci se passe 18 mois après la première affaire. Hirtmann est toujours dans la nature depuis son évasion dans le premier opus et personne ne sait ou il est. Le premier chapitre met direct dans l'ambiance. Une femme est a priori en captivité, rien que ça! Qui est elle? qui la retient? on le saura que bien plus tard. J'ai beaucoup aimé cet opus.
En le lisant, j'ai eu la sensation d'être dans une rue de Londres avec un de ses brouillard a couper au couteau et ou on ne voit rien, avec de temps en temps une petite lumière au loin pour nous aiguillé dans la bonne direction. Ce livre, c'est tout a fait ça: Un brouillard dans une rue!! On est baladé de chapitre en chapitre et on ne voit rien venir. On s'attend a pleins de chose mais pas a ça. Perso, j'avais quelques soupçons sur le protagonistes mais pour le mobile j'avais tout faux. Par contre j'étais sure pour l'identité de celle qui était enfermé.
On retrouve donc Servaz, Samira, Espérandieu mais aussi Irène Ziegler. J'ai trouvé Servaz beaucoup plus torturé que dans le premier tome. L'histoire qui se passe dans Glacé l'a beaucoup marqué, ainsi que l'affaire Hirtmann. Il est très sombre, très déprimé aussi. On en apprend aussi beaucoup sur son passé.
Sinon l'histoire et l'affaire captive vraiment du début a la fin. On se demande qui a bien pu tuer la prof. et pourquoi. Lorsque j'ai lu ce qu'était le mobile le mobile, je suis resté sans voix.
Beaucoup de personnages sont bizarre sans cette affaire. On voit aussi beaucoup la fille de Servaz, Margot qui est dans le même lycée ou son père a été. Elle joue aussi la détective avec son ami Elias et j'avoue que je me suis demandé si elle se rendait compte dans quoi elle se fourrait. Comme si elle n'avait pas la conscience du danger. Je pense qu'elle ressemble plus a son père qu'elle ne veut le reconnaitre et qu'elle essaye de l'aider a sa manière.
L'auteur nous plonge dans un polar avec un sac de nœud a démêler et il le fait avec un brio impressionnant. On reste scotché aux pages, cela défile et les dernières 80 pages je les ai lu en apnée tellement j'étais a fond dedans.
Ce livre c'est vraiment révélé passionnant de bout en bout. L'intrigue, les personnages, l'ambiance de fond. Un bon polar qui m'a fait passé un excellent moment.
Je sens que je vais vite me procurer les autres pour continué mes aventures avec Servaz and Co
 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne, en LC avec licorne, Elena88 et Roxann
Je lui met la note de 5/5


dimanche 10 décembre 2017

Sissi, imperatrice d'Autriche de Jean des Cars

RESUME: En 1898, Sissi était assassinée à Genève par un anarchiste italien. Depuis, l'impératrice d'Autriche et reine de Hongrie est devenue un mythe. Souveraine à la beauté légendaire, fantasque et solitaire, elle a inspiré peintres, poètes, psychanalystes, cinéastes. Voici la Sissi historique, cette princesse bavaroise qui, en 1854, épouse l'empereur François-Joseph. A Vienne, on la critique; à Budapest, sous le prénom d'Erszébet, on la vénère, car elle défend le nationalisme magyar contre l'emprise autrichienne. Voyageuse acharnée, Sissi se réfugie aux frontières du non-conformisme, plus lucide que bien des diplomates sur les déchirements balkaniques. Pendant cinq ans, l'enquête de Jean des Cars l'a conduit dans l'ancien empire des Habsbourg à la rencontre des descendants de Sissi, et à la recherche des archives et de souvenirs inédits.

MON AVIS: C'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Jean des Cars, cet auteur dont le talent pour raconter la vie de la monarchie n'est plus a prouver. Ayant lu de nombreux livres de lui que je vous ai déjà présenté, je ne pouvais pas passer a coté de celui ci, bien que je connaisse l'histoire de Sissi.
J'avais lu il y'a longtemps une autre biographie de cette impératrice et j'avais  envie de me plonger dans celle de Jean des Cars.
Cette biographie est magnifique de justesse, de mots et de vérité. Comme la vrai Sissi est loin de ce personnage cinématographique que tout le monde a en tête et que la merveilleuse Romy Schneider a incarné!! Cette impératrice est bouleversante! Elle ne veut qu'une chose: être libre de toute contrainte que le protocole trop étriqué de la cour de Vienne ne lui permet pas.
On suit l'impératrice dans sa vie d'abord avec sa famille et puis après a Vienne. L'auteur a comme je vous l'ai dis plus haut une plume remarquable faite d'anecdotes, de recherches, de réalité pour nous faire lire cette biographie au plus près de la vie de cette femme remarquable qui a été longtemps critiqué par les autrichiens, mais que son assassinat a fait passer au rang d'icone. Apparemment, a Vienne beaucoup d'endroit rappelle l'impératrice!
On devine a chaque mot que l'auteur a pris son temps, a fait des recherches a fouiller un peu partout. Je sais qu'il a personnellement interrogé la dernière impératrice Zita avant son décès, notamment sur la mort de Rodolphe, le fils de Sissi. Il a d'ailleurs écrit un livre dessus que j'ai dans ma pal!
Jean des Cars nous brosse donc un portrait de cette femme qui ne fut jamais heureuse alors que certains diront qu'elle avait tout pour l'être. Un mariage d'amour, une vie plaisante... Mais en grattant un peu la surface et en lisant ce livre, on comprend qu'aucune femme ne pourrait aimer subir ce carcan trop dur qui existait a la cour de Vienne, surtout quand on a grandit en électron libre comme a grandit Sissi. L'auteur ne nous livre pas non plus une Sissi toute blanche, qui avait que des qualités, ni qui avait que des défauts. Elle était juste une femme en avance sur son temps et qui aurait très bien pu vivre, je pense a notre époque et qui s'en serait fort bien porter.
Un livre fait tout en nuance, avec beaucoup d'émotion surtout les dernières pages après sa mort, ou on sent que l'empereur a porter tous ses désastres, comme cité dans les dernières lignes: "inoubliable, Sissi le fut pour son malheureux époux, empereur et roi, digne et courageux, encore debout dans ses désastres a répétition sanglé dans son devoir et muré dans son chagrin".
Il paraitrait qu'a la mort de Sissi, il aurait dit, personne ne sait a quel point je l'ai aimé...